Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog écologique de Mouats Hafid.

Le blog écologique de Mouats Hafid.

Mon blog sera consacré à la défense de l'environnement, à l'interpellation de notre société (Algérie) pour la sensibilisation de l'homme à la fragilité de la nature. Même en solo via ce blog, je milite pour la protection de la nature. "Il y a une légende amérindienne qui raconte comment un colibri, ce tout petit oiseau, lors d’un feu de forêt, faisait des allers-retours à la source d’eau pour éteindre l’incendie. Tous les autres animaux de la forêt, atterrés, la regardaient brûler et observaient le colibri s’affairer. Puis le tatou moqueur lui dit : « Tu perds ton temps, ce n’est pas avec ces quelques gouttes que tu vas arrêter le feu, colibri ! ». Le petit oiseau lui répond : « Je le sais, mais je fais ma part. »." Et bien moi M Mouats Hafid originaire de Skikda/Algérie, je fais ma part. Bonne visite à mon blog.

Mutation d’une société. Par Mouats Hafid.

ecolomafid —

Analyse d'une image qui paraissait banale, pourtant elle nous parle.

Mutation d’une société:


Voici une photo de ma cité,quelque part en Algérie. Cette image là on la trouve partout, elle parait banale, mais en regardant minutieusement elle exprime une certaine mutation de notre société. On voit suspendu sur les murs: 

la parabole,

le climatiseur,

les barreaux de fer,

les locaux fermés,

une voiture et un peu de flore.

Chaque objet sur la photo est un phénomène de société.

La parabole :

Elle symbolise l’ouverture vers le reste du monde. Jadis dans les années 60 il n’ y avait pas de télévisions dans les foyers, notre lien avec le monde c’était avec la radio, on a connu l’hégémonie du cinéma, des salles de cinéma bourrées de monde où on regardait même les actualités et les petits documentaires d’avant le film, puis la bande annonce du prochain film qui serait projeté.

La coupe du monde 1970 nous l’avions visionné en noir et blanc avec des grains sur le minus écran, chez le rare vendeur du matériel électroménager du coin, sur le trottoir, dans la rue. Puis la station régionale de Constantine commençait à émettre pour quelques petites heures seulement les films de charlots, les sketchs chorba de Mohamed Touri. Les cafés commençaient alors à s’équiper de poste de télévision. Nous attendions la nuit pour aller dans cette salle bandait de monde où les gens parlaient à hautes voix, sous le bruit du jeu de dominos et de jeux de carte, ils fumaient aussi, au point où la salle était dans le trouble, bref, une atmosphère lugubre mais… nous étions heureux d’être là, à attendre le commencement du film ou feuilleton. Avant ça,il fallait patienter car les informations clamaient par les Boukaâbeche, Brahim Belbahri, Bendjedou et consorts étaient des marathons. Après avoir payé le café (entre 4 et 6 centime, seta dourou) même si on ne le boit pas, on s’attable et on attend, mais on était toujours heureux… même si les parents nous grondaient car le lendemain c’est la reprise des cours à l’école. Puis, un jour, enfin la télé rentre aux foyers au début des années 70, elle commence à être à la portée des moyennes bourses. Sinon, les autres se regroupaient chez les voisins, chez la famille ou les amis. Se n’est pas toujours évident de voir quotidiennement débarquer tout ce monde dans une seule pièce, alors vexés, les gens font des économies et achetaient enfin ce joyau. A la fin des années 70 arrivait la Tv Couleur, nous découvrons enfin la vie colorait dans cette boite magique. Eh ! La coupe du monde enfin en couleurs, les jeux méditerranéens étaient en noir et blanc, le festival panafricain nous l’avons vu des années après, les combats de Mohamed Ali avec Foreman, la conférence des pays non alignés d’Alger et un tas d’évènement majeurs qu’on avait pas raté, même en noir et blanc.

Que dire de la télévision en2014 ? En ce moment c’est le rush sur les démo BeIN Sport qatari, nous sommes à l’ère du footmania : le Barça, le réal, le Bayern, manchester …Nous somme aussi tributaires des gadgets électroniques : Smart phones,tablettes, internet, la photo numérique, le livre numérique… Mon Dieu … comme le monde est petit et facile à joindre, une petite caméra web et je communique avec le bout du monde, un clique et je visionne le monde via google satellite,on est loin de ma légendaire télévision Pathé Marconi en noir et blanc. J’ai eu e privilège d’avoir vécu et vire ces deux mutations.

Le climatiseur :

C’est devenu indispensable avec le réchauffement de la planète, on ne supporte plus la canicule ou le thermomètre grimpe de plus en plus. Le hic, ces appareils sont bruyant, encombrants,moches sur les façades et causent aussi des chutes de tensions électriques. Les gens économisent, s’endettent et achètent aussi cet outil, qui malheureusement est souvent mal utilisé, on est dans l’époque des excès.

Les barreaux de fer :

Jadis dans les années 70 quand la « niya » était là, où les portes des maisons étaient ouvertes toute la journée, aux voisins aussi,où les voleurs ne s’aventuraient pas à s’introduire, où la confiance régnait.Puis arrivait les années 80, années du début de la crise multidimensionnelle,les balcons et les fenêtres allaient être d’abords obturaient par des grillages, puis carrément avec des barreaux de fers. Avec l’insécurité durant les années noires c’est aussi les portes d’entrées de se blinder. Et depuis,rien n’a changé, on élève maintenant des murs en béton, hauts comme des remparts de fortification.

Les locaux fermés :

Trop de commerce tue le commerce.Pour chaque bâtiment construit on prévoit des locaux à usage commercial,malheureusement il n y a pas de places pour tous. C’est ainsi qu’on voit des locaux fermés au rez- de - chaussée. Ils peuvent servir à autres choses, en ce moment se sont des espace figés, en attendant d’être vendu sans avoir servi généralement.

Les voitures :

Il faut admettre que de nos jours, sans voiture on est coincé. C’est la « horma », la fierté d’une réussite sociale et avant tout une utilité. Le parc auto est saturé, les villes sont essaimées par les voitures avec toutes couleurs est toutes gammes.Elle est aussi synonyme d’une ostentation, dit moi qu’elle voiture tu possèdes et j’évalue ton rang social. Elles sont partout, faute de garages, elles sont surveillées par les bambins qui nous réclament un peu de sous pour faire la surveillance (…). Parfois on a la surprise de voir nos pneus dégonflés, ou un accessoire arraché,donc on cède pour ces gardiens imposés, par la force de leurs gourdins.

La flore :

C’est la seule chose apparemment sur cette photo qui vient de nous, on a planté ces arbres, elles sont encore là et c’est toujours du positif, en attendant de voir mieux

Ainsi vont les mutations sociologiques, économiques et technologiques. Où… nous, nous sommes que des consommateurs, un grand bazar, un peuple qui mange presque se qu’il ne peut produire, consomme du Made in… , généralement les rébus des pays industrialisés.

Mouats Hafid, juste le temps d’un regard.

Énième campagne de nettoyage des plages. Par Mouats Hafid.

ecolomafid —

 

La bonne intention des associations et les bénévoles est là, elle a toujours été  là,  la plage serait nettoyer avec  soin, l’engouement, l’ambiance saine et conviviale aussi sont présents, mais …

 

 

Sont- elles efficaces à la longue  ces campagnes de nettoyage par les citoyens ?

Après le passage des écolos ou citoyens volontaires  d’une journée,  la plage serait encore livrer à elle-même, on n’arrive pas à dissuader  les salisseurs, ils continueraient à  polluer.

Donc le problème persiste toujours. Chaque années ont fait plusieurs compagnes de ce genre mais en vain, ce n’est pas  l’intention  de bien faire qui manque, ce n’est pas la bonne volonté mais peut être … ?  C’est les bonnes idées qui manquent ?

Personnellement j’ai fais des centaines de campagnes de nettoyage dans tous les quartiers où j’y ai habité,  j’ai participé à des compagnes avec les associations, j’ai aussi planté des arbres depuis ma tendre enfance dans le mouvement scout  ou de jeunesse, je plante toujours des arbres dans mon jardin. Mais il y a cette  inexplicable incivisme des gens  qui s’en foutent de la propreté dehors, chez soi c’est autres choses.  Ils brulent est martyrisent aussi les arbres que j’ai peut être planté moi-même ?

A mon humble avis et qui va plaire ou déplaire, l’état avec ses institutions, ses structures à tous les niveaux doivent prendre leurs responsabilités avant tout. Des directions de l’environnement existent pour chaque wilaya, des services d’assainissement aux niveaux des communes, des entreprises de nettoyages existent, alors qu’ils fassent leurs travails constamment et efficacement, ils ont des budgets, du matériels et du personnel payé.    

Sensibilisation :

Ce n’est plus le rôle des associations à mon humble avis de nettoyer les plages,  les ports,  les sites touristiques et de randonnées. Leurs véritables actions citoyennes c’est de sensibiliser avant tout, par une pédagogie simple et efficace et ils savent très bien le faire les associations versées dans l’écologie, l’environnement ou autres activités sociales  et scientifiques.  

Prévention :

Leur deuxième rôle le plus bénéfique à la nature et au bien être des gens,  c’est le volet « Alerte ! ». Ils peuvent signaler des dépassements ou des agressions sur la nature : air, mer et terre, voire sous-sol aussi. Pour cela, les associations du bénévolat doivent s’équiper d’un minimum d’outils pour mesurer les sortes de pollutions. On peut faire appel aisément à des spécialistes volontaires : chimistes, naturalistes, agronomes, marins,  scientifiques etc …

 Les entreprises publiques polluent, les privées aussi. Ajouter à ça : le citoyen et peut être c’est le plus pollueurs ? La  situation est plus qu’alarmante. Il faut des solutions.

A propos de sensibilisation : Les gens de Skikda se rappellent de la mission caritative des Américains, les « quakers » ou « société des amis », qui avaient opéré dans notre ville dans les années 60. Ils avaient une équipe qui se chargeait de nous apprendre nous les bambins à respecter la propreté de la maison et du quartier (en plus d’autres éducations relatives à la propreté du corps). Et bien c’est à coup de dessins animés montrant les bels exemples à suivre que nous les avons vite appliquer. C’était facile à assimiler et retenir pour toujours.  Voila, nos associations des verts peuvent exploiter la vidéo, l’image pour réaliser des spots de sensibilisation et pourquoi pas d’éducation.   Cibler d’abords les écoles puis la rue.

Mon intention est de pas donner de leçons, c’est juste un point de vu d’un citoyen qui ne voit pas l’issu de cette crise avec ce genre de compagne de nettoyage par les citoyens, ceux-ci seraient plus efficaces s'ils appliquent les bons gestes de salubrité au quotidien. A quand une  prise de conscience collective ? 

Mouats Hafid, le 01 Juillet 2017. 

2017, pas de plages privées pour cette saison estivale aussi, *

ecolomafid —

- «L’accès aux plages autorisées à la baignade est libre et gratuit», ";
- «en aucun cas être interrompu ni remis en cause, sous quelle que forme que ce soit». 
- "Ainsi, les équipements balnéaires (parasols, chaises, tables...) ne seront pas autorisés à être entreposés sur le périmètre des plages, précise l’instruction du ministère." "Un espace sera réservé pour leur entreposage à l’entrée des plages."

* communiqué du ministère de l'intérieur.

Mais... les communes désignées peuvent exercer toute activité au niveau des plages: contrats de location, parking sous contrat pour des jeunes et tout en privilégiant les handicapés. 
Reste un point qui n'a pas été évoqué, c'est les plages réservées aux restaurants et aux hôtels; ceux-là comme les années précédentes auront leurs espaces " privés".

Hafid Mouats, un baigneur de Skikda qui a toujours dénoncé via mon blog ou mon facebook l'anarchie qui régnait sur nos côtes.

 

http://www.elwatan.com/actualite/le-ministere-de-l-interieur-interdit-les-plages-privees-15-06-2017-347259_109.php

Des citoyens protestent contre l'abatage des arbres dans la ville de Skikda. Par Mouats Hafid.

ecolomafid —

 

Lé 14 JUIN 2017: 

Enfin une action citoyenne à Skikda, je ne cherche pas qui sont-ils ? je note juste qu'ils sont à féliciter pour cette noble cause et cette belle initiative. 
Selon le texte qui accompagne ces photos, le président de l'APW qui les a reçu (en attendant le maire, le chef de Daira et le wali pour qu'ils s'expriment) à reconnu "qu’il y avait effectivement des dépassements et des erreurs à l’égard de l’environnement urbain";
Voila, il a suffit que des citoyens protestent pacifiquement d'une manière organisée et responsable pour revendiquer la protection de la nature que leur action citoyenne a eu une suite. 
 Si au moins d'autres actions seraient effectives pour d'autres causes et qui sont nombreuses. 
C'est connu, si le citoyen ne bouge pas les autorités somnolent et gèrent la routine et parfois la médiocrité. Bravo donc à ces citoyens, aujourdhui vous êtes une poignée, demain vous serez tout un monde de bons citoyens. Cela avait commencé le 12 juin dernier par un attroupement des citoyens devant les arbres massacrés et qui sont plus que centenaire, devant le café Chibouni et je vois que cela a aboutit à cette protestation.
Hafid Mouats, un écolo solitaire, un colibri qui fait sa part.

https://www.facebook.com/messaoud.leftissi/posts/1452416471478196

Photos et statut tirés de cette page d'un citoyen de Skidka/ https://www.facebook.com/messaoud.leftissi/posts/1452416471478196

On abat les arbres centenaire; par Hafid Mouats.

ecolomafid —

A Skikda ville, la campagne de déracinement des arbres est encore en cours. Cette-fois ci c'est au tour des arbres plus que centenaire en face de l'ancien square ( devant le café Chiboubi et ex Air Algérie). Les causes ? seuls les décideurs le savent. Sur facebook, les gens de Skikda sont partagés: ceux qui condamnent et sont en colère contre "ce crime contre la nature", pour d'autres c'est tant mieux car il y a des gens très oisifs qui passent leur temps toute la journée sous ces arbres. (qui en réalité donne de l'ombre et même de la fraîcheur)

Bon ... pour ma part, moi qui a un blog sur l'écologie, donc je suis sensible à ce genre de sujet, je pose juste de judicieuses questions: cette opération de déracinement des arbres a t-elle été coordonnée avec les associations locales versées dans l'écologie et l'environnement ? La direction de l'environnement et la fondation de l'environnement ont elle aussi été saisi ?.

Une chose est sur, la mairie de Skikda n'a jamais fait un sondage ou un référendum municipal ( pourquoi pas ?), voire une consultation par un questionnaire, auprès de la population pour voir les avis sur des décisions qui concernent directement la ville. Hafid Mouats, le colibri écolo solitaire. le 12 06 2017.

 

Les photos sont de : https://www.facebook.com/information.skikda/posts/1936797303259224

https://www.facebook.com/information.skikda/posts/1936797303259224

 

 

Les photos sont de cette page : https://www.facebook.com/information.skikda/posts/1936797303259224

L’angoisse des murs. Par Mouats Hafid.

ecolomafid —

L'angoisse des murs. Par Mouats Hafid.

Quand je suis en voiture, à vélo ou en footing dans la périphérie de ma ville Skikda, je vois des choses qui me désolent: * Ces photos ont été prises le 05/09/2013.

Ce jour-là, à mon retour d’un footing j'ai pris un raccourci pour rentrer chez moi, mon Dieu ! je vois un énorme MUR, comme celui de la rive du Jourdain en Palestine, ou celui de Berlin, un mur en béton massif, large de 40 cm, je disais alors, mais « pour garder quoi ? », « il y a quoi à l'intérieur? » Du gaspillage, du ridicule et de l’inutile. Du béton, encore du béton coûteux, très coûteux, voilà où va entre autres l'argent du contribuable, pardon... du (sale) pétrole.

Je vois aussi le petit stade de ma cité lui aussi muré, d'ici peu il serait bétonné. ( la photo est ancienne, aujourdhui ce stade est squatté). On commence à démolir pour fortifier et surveiller quoi ? .Je vois un dernier carré d’un verger qui disparaîtra d'ici très peu. Qu'il est moche ce pipe de pétrole sur une voie ferrée que j’ai croisé, une agression caractérisée contre la nature.

Au de la muraille, je vois des engins d'une société public en ferraille et qui ne servent à rien, stock qui n'est ni à vendre, ni à réparer, d’ailleurs, on ne répare pas, on achète du neuf, la manne pétrolière est toujours là malgré la chute des prix.

Je vois jusqu’à mon épuisement, à la place des orangers et des vignes l’arrogant béton.

Je vois le dernier fermier encore dans ce site, muré, encloîtré, on le pousse à quitter cette parcelle, il fait de la résistance aux barons de l’exportation camelot. Dans quelque temps ses petits oliviers seraient déracinés pour laisser place au béton et à l’arrogance des pseudos investisseurs, On élève d'abord des murs pour délimiter les terrains, on barricade, on coupe les raccourcis qui mènent vers les habitations puis on s'installe sur les terres fertiles qui ne serviront plus à produire fruits et légumes. Encore des murs, rien que des murs et aussi l'arrachage CRIMINEL des arbres parfois plus que centenaires.

C’est l’apocalypse. Le plus dur : c’est l’indifférence des hommes qui sont devenus comme ce chardonneret en cage qui m'a fait pitié, car son espèce a aussi disparu de la faune de Skikda.

Hafid Mouats, l'écolo solitaire, le 10 juin 2016.

* Ces photos ont été prises le 05/09/2013.

L’angoisse des murs. Par Mouats Hafid.
L’angoisse des murs. Par Mouats Hafid.
L’angoisse des murs. Par Mouats Hafid.
L’angoisse des murs. Par Mouats Hafid.
L’angoisse des murs. Par Mouats Hafid.
L’angoisse des murs. Par Mouats Hafid.
L’angoisse des murs. Par Mouats Hafid.
L’angoisse des murs. Par Mouats Hafid.
L’angoisse des murs. Par Mouats Hafid.
L’angoisse des murs. Par Mouats Hafid.
L’angoisse des murs. Par Mouats Hafid.
L’angoisse des murs. Par Mouats Hafid.
L’angoisse des murs. Par Mouats Hafid.
L’angoisse des murs. Par Mouats Hafid.
L’angoisse des murs. Par Mouats Hafid.
L’angoisse des murs. Par Mouats Hafid.
L’angoisse des murs. Par Mouats Hafid.

CRIME CONTRE L'ENVIRONNEMENT ET L'HISTOIRE

ecolomafid —
CRIME CONTRE L'ENVIRONNEMENT ET L'HISTOIRE

la destruction de ces arbres, plantés vers 1840, à l'entrée de BEN AKNOUN, à coté d'un nouvel hôtel et du siège de la police africaine ont été coupés par des mains criminelles, mais encore plus criminelles, ceux ou celui qui a donné l'instruction pour ce crime. Un choc psychologique que je ressents jusqu'à présent, me démontre que chez nous "RIEN" ne se respecte. Maudit les responsables. Leur méfait est inscrit auprès du SEIGNEUR TOUT PUISSANT, car il est dit de prendre soin d'un arbre, d'un livre et d'un animal qui donne du lait.

Source: https://www.facebook.com/alianedjilali/media_set?set=a.985458824865236.1073742032.100002033840277&type=3

CRIME CONTRE L'ENVIRONNEMENT ET L'HISTOIRE
CRIME CONTRE L'ENVIRONNEMENT ET L'HISTOIRE
CRIME CONTRE L'ENVIRONNEMENT ET L'HISTOIRE

Les intruses constructions tout près du littoral de Skikda. Par Mouats Hafid.

ecolomafid —
Cliquez sur l'image pour l'agrandir:
Cliquez sur l'image pour l'agrandir:

La côte de Skikda est plus au moins protégée de la construction sur le bord des plages ou falaises. (Il y a bien sur la zone industrielle et ce n'est pas un bon choix). Mais il y a des exceptions que les pouvoirs publics avaient toléré ou négligé. Cela reste une mauvaise intrusion dans notre beau littoral. Hafid Mouats.

وَجَعَلْنَا مِنَ الْمَاء كُلَّ شَيْءٍ حَيٍّ

ecolomafid —
وَجَعَلْنَا مِنَ الْمَاء كُلَّ شَيْءٍ حَيٍّ
وَجَعَلْنَا مِنَ الْمَاء كُلَّ شَيْءٍ حَيٍّ

- وَجَعَلْنَا مِنَ الْمَاء كُلَّ شَيْءٍ حَيٍّ

- Nous avons fait de l'eau toute chose vivante (traduction libre).

Ces photos sont celles d'un jet d'eau, quelque part dans ma ville Skikda. On investie sur ces installations des sommes importantes, on lui donne une belle vocation en se référant à un verset coranique qu'on affiche bien haut, mais ... hélas... on fait le contraire.

Ici l'eau est morte par la faute humaine.

Hafid Mouats, le 31 janvier 2016.

وَجَعَلْنَا مِنَ الْمَاء كُلَّ شَيْءٍ حَيٍّ
وَجَعَلْنَا مِنَ الْمَاء كُلَّ شَيْءٍ حَيٍّ
وَجَعَلْنَا مِنَ الْمَاء كُلَّ شَيْءٍ حَيٍّ
وَجَعَلْنَا مِنَ الْمَاء كُلَّ شَيْءٍ حَيٍّ
وَجَعَلْنَا مِنَ الْمَاء كُلَّ شَيْءٍ حَيٍّ
وَجَعَلْنَا مِنَ الْمَاء كُلَّ شَيْءٍ حَيٍّ
1 2 3 4 5 6 > >>