Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le blog écologique de Mouats Hafid.

Le blog écologique de Mouats Hafid.

Mon blog sera consacré à la défense de l'environnement, à l'interpellation de notre société (Algérie) pour la sensibilisation de l'homme à la fragilité de la nature. Même en solo via ce blog, je milite pour la protection de la nature. "Il y a une légende amérindienne qui raconte comment un colibri, ce tout petit oiseau, lors d’un feu de forêt, faisait des allers-retours à la source d’eau pour éteindre l’incendie. Tous les autres animaux de la forêt, atterrés, la regardaient brûler et observaient le colibri s’affairer. Puis le tatou moqueur lui dit : « Tu perds ton temps, ce n’est pas avec ces quelques gouttes que tu vas arrêter le feu, colibri ! ». Le petit oiseau lui répond : « Je le sais, mais je fais ma part. »." Et bien moi M Mouats Hafid originaire de Skikda/Algérie, je fais ma part. Bonne visite à mon blog.

Pollution sonore.Par Mouats Hafid.

 

Pollutions sonores *

Définition *: La pollution sonore est le résultat du phénomène d’urbanisation. Quand le dépassement du niveau de la simple nuisance affecte l’acuité auditive on parle de problème de santé public. Les sources de pollutions sonores sont multiples : la circulation automobile. Les sources mécaniques ponctuelles et mobiles comme les usines, les machines, les voitures, les camions, les klaxons, les trains, les véhicules non conformes dépassant les 80 Db comme les mobylettes, les motos, les scooters. Les travaux de chantiers ponctuels où durables. Les bruits du voisinage : la musique sonorisée à outrance, les cris des foules aux stades et autres, alarme intempestive, feux d’artifice lors des fêtes. Et enfin d’autres sources de pollutions sonores qui sont moins nocives à la santé mais néanmoins dangereux si elles sont systématiquement présentes à la longue dans le quotidien. 

Les conséquences sur la santé sont plus au moins graves et on peut distinguer les causes directes ou indirectes : L’irritabilité (disposition à ce mettre en colère facilement), L’insomnie, la dépression (diminution des forces morales et énergétiques)  et les problèmes d’auditions allant jusqu’à la surdité passagère ou définitive.

La législation en Algérie et dans de nombreux pays impose des restrictions sur l'intensité sonore dont le seuil maximal peut dépendre des heures. Des mesures particulières peuvent être prises. Une signalétique apparaît (dont le panneau Silence hôpital, ne pas klaxonner etc.)

Quand les valeurs d'exposition atteignent 85 dB: l'employeur met en place un programme technique ou organisationnel pour la réduction de l'exposition. Les lieux sont balisés et l'accès est limité dans la mesure du possible

Le personnel particulièrement sensible au bruit fera l'objet de mesures particulières en liaison avec le médecin du travail (femmes enceintes, toxiques chimiques pour l'ouïe...

À partir de 70 dB l'employeur doit fournir des protections auditives individuelles et s'assurer que ces protections sont effectivement portées.

* Synthèse de différentes sources préparée par l’auteur du blog.

...........................................................................................................................................................................................................

Nocivité des sons forts


- Les sons deviennent nocifs lorsque leur intensité dépasse les possibilités de réception de l'oreille.
L'intensité des sons ou niveau sonore est exprimée en décibels (dB). *
L'échelle va de 0 à 120 dB, mais certaines sources (avions, canons, fusées...) émettent des sons d'un niveau supérieur.
- Même limité, le bruit permanent use notre système auditif!. Pénible à partir de 65-70 dB, le bruit devient dangereux à partir de 90 dB! A 120 dB, il y a risque de lésion immédiate et irréversible!




Evaluation de la nocivité:

* La limite de nocivité est située à 85-90 dB
> en dessous de 85 dB, aucun risque auditif
< au dessus de ces valeurs, la nocivité augmente avec le niveau.
On trouve des niveaux supérieurs à 90 dB dans la vie professionnelle, ou des activités de loisirs comme la chasse, les fêtes (musique à fond), les sports mécaniques etc...

* Quelques repères de niveau:
   
Discothèques et bars musicaux: niveau compris entre 92 et 102 dB.
     Quoique limitée à 105dB par la loi cette valeur est souvent dépassée:
Prés des baffles, le niveau dépasse souvent les 105 dB

(source : Association pour l'information et la prévention dans le domaine de l'audition. www.audition-infos.org et
Guide d'information et de prévention réalisé avec le soutien de la CNAV France)

……………………………………………………………………………………………………………………………………….

Le quotidien d’un Skikidi exposé à la pollution sonore.

 

Ce matin là, notre bonhomme s’est réveillé tôt comme d’habitude en sursautant de son lit par les grincements du portail d’entrée, rouillé de ses pommelles, ré ouvert difficilement par des voisins qui se lèvent très tôt pour travailler dans  la relève  de quart,  système le plus perturbant et le plus nuisible pour la santé.

 

A peine ses yeux refermés pour replonger dans le sommeil, le muezzin de la mosquée voisine appelle à la prière du « sobh »  sous une intensité de décibels d’une sonorisation mal ajustée. Il se lève difficilement pour accomplir son devoir religieux avec piété et soumission à son créateur. Puis il lui est difficile de retrouver le sommeil, craignant de rater le bus de l’usine qui passe à sept heures.

 

Le voila dans le bus de transport des travailleurs qui dégage de son pot d’échappement une suie et une fumée noirâtre sous le bruit d’un moteur grippé par son carburant contaminé d’eaux. A l’intérieur, déjà on fume de la cigarette et ça bavarde bruyamment à propos du match que le club local avait perdu la veille à domicile.

 

A peine descendu du bus à l’entrée de l’usine, des sirènes d’alarme de la sécurité retentissent pour annoncer qu’un incendie s’est déclaré dans les unités de production, donc on s’apprête à une imminente alerte générale pour mobiliser tout le personnel, chacun à  son niveau dans son poste. On se précipite pour rejoindre son unité sous le va est vient des véhicules qui roulent à toute vitesse pour y arriver au lieu de l’incident. Ouf ! Le feu sous une fumée étouffante est maîtrisé en quelques minutes, grâce à l’expérience des pompiers et au matériel de sécurité qui demeure heureusement bien rodé et bien conservé.

 

Dans ce  jour de labeur, il est affecté en permanence dans l’unité où a eu  lieu l’incendie près d’un compresseur qui dégage un son strident dépassant le seuil de tolérance, c'est-à-dire supérieur à 90 décibels. Il avait la charge de surveiller la pression d’huile et régler sa température qui doit rester constante pour la bonne marche de cette gigantesque machine qui dégage aussi une énorme  quantité de chaleur suffocante.

 

Après huit longues heures sous son casque de sécurité et ses stops bruits qui le démangent,  entrecoupées par le déjeuner à  midi qu’on lui a ramené sur le site même, Il jubile enfin car il va rentrer chez lui pour le repos du guerrier. Hélas, il va tout de suite se désenchanter car on lui annonce que cette nuit  il y a le mariage du voisin d’en face Ce dernier lui  a laissé son invitation chez le ferronnier du quartier (ah ! la maudite meule du ferronnier !)  Donc il doit veiller cette nuit là et supporter les boum boum boum de la boite à rythmes, les sons des synthés multi timbrés  et ces chanteurs qui gueulent et dédicacent des chansons sans interruption avec une sono puissante, cela  jusqu’à une  heure tardive.

 

Il est deux heures du matin, le calme revient, il se dépêche pour se blottir sous sa couette et faire de beaux rêves pour un lendemain meilleur. A peine endormi un voisin entame le débouchage des ses toilettes avec une ventouse qui produit le son des …  résistant à l’évacuation dans la canalisation du tuyau sanitaire. Peine perdue. Après des dizaines de minutes, le voisin se lasse et arrête sa manœuvre.

 

Enfin notre ami se recouche soudainement  sous un bombardement de ronflements et de gaz intestinaux dû à la  mauvaise digestion du repas très copieux de la veille. A ce moment les cauchemars font leurs apparitions « Grincement… sonorisation… sirène d’alarme… bruits divers… boum boum boum… AH ! les chiottes des voisins ! » C’est l’insomnie, quelle catastrophe !

 

Quelques petites heures de sommeil et Il se lève difficilement comme à son habitude, avec une tête lourde, des gestes lents, s’irritant facilement, il parle peu,  son rendement est faible, alors il décide de ne pas aller au travail. Il passe alors chez le Médecin pour avoir du repos, oubliant  qu’il doit passer par le contrôle de la caisse sociale. Ce matin là, il se  retrouve sur le banc de la salle d’attente à patienter longuement avant l’arrivée  du Médecin pour avaliser son repos.

 

Heureusement que les jours ne se ressemblent pas. Il y a des jours meilleurs comme  même.

 

Mouats Hafid. Octobre 2008.

 

 

 

 

 

                                                     

 

 

                                                                                                       

                                                                                                                                                        

                                                                                                                       

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :