Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le blog écologique de Mouats Hafid.

Le blog écologique de Mouats Hafid.

Mon blog sera consacré à la défense de l'environnement, à l'interpellation de notre société (Algérie) pour la sensibilisation de l'homme à la fragilité de la nature. Même en solo via ce blog, je milite pour la protection de la nature. "Il y a une légende amérindienne qui raconte comment un colibri, ce tout petit oiseau, lors d’un feu de forêt, faisait des allers-retours à la source d’eau pour éteindre l’incendie. Tous les autres animaux de la forêt, atterrés, la regardaient brûler et observaient le colibri s’affairer. Puis le tatou moqueur lui dit : « Tu perds ton temps, ce n’est pas avec ces quelques gouttes que tu vas arrêter le feu, colibri ! ». Le petit oiseau lui répond : « Je le sais, mais je fais ma part. »." Et bien moi M Mouats Hafid originaire de Skikda/Algérie, je fais ma part. Bonne visite à mon blog.

pollution marine. Par Mouats Hafid.

pollution marine. Par Mouats Hafid.
pollution marine. Par Mouats Hafid.

D’habitude, les grands pollueurs de la mer c'est les pays industrialisés, maintenant, l'Algérie est accusée de pollueur, c'est le retour du boumerang.

Environnement : des déchets en provenance d’Algérie inondent les côtes espagnoles 12:56 mercredi 22 juillet 2015 | Par Zahra Rahmouni | Magazine Le phénomène semble se reproduire chaque année sur les côtes de l’archipel des Baléares, rapporte le quotidien espagnol El Mundo qui évoque les conditions météorologiques de la mi-saison estivale. Ces ordures en provenance des côtes algériennes, situées à quelques 250 kilomètres, seraient rapportées par les vents du sud et du sud-est qui durent approximativement deux semaines durant cette période de l’année. Des restes de sachets de lait avec des inscriptions en français et en arabe ainsi que des sachets en plastique ont formé des résidus flottants sur une surface de plusieurs mètres, ont constaté des habitants de l’île d’Ibiza. (Vidéo) Ces mêmes habitants indiquent avoir écrit aux services de la wilaya de Chlef sans obtenir de réponse. L’Algérie, un des pays les plus pollueurs au monde Le journal espagnol cite notamment une étude publiée en février 2015 dans la revue spécialisée Science et menée par une équipe de chercheurs et biologistes de l’université de Géorgie, aux États-Unis. On y apprend que pour l’année 2010, ce sont près de 13 millions de déchets plastiques qui ont été déversés dans les mers. L’étude dresse aussi une liste des pays les plus pollueurs. Sur les 192 pays étudiés, l’Algérie est classée 13e avec 60% des déchets non recyclés pour une population côtière estimée à 16,6 millions en 2010. Parmi les vingt premiers pollueurs figurent également plusieurs états africains comme l’Égypte (7), le Nigéria (9) et le Maroc (18). http://www.tsa-algerie.com/20150722/environnement-des-dechets-en-provenance-dalgerie-inondent-les-cotes-espagnoles/


                                                                  
             

Quelle est la relation entre la mère et la mer?

 

Rapport sur l'environnement en Algérie *

Le Conseil National Economique et Social (CNES)

 

Pollution marine : cas du port de Skikda

De la dizaine d’entreprises polluant la Wilaya de Skikda le complexe de matières plastiques ENIP/CPIK (Entreprise Nationale des Industries Pétrochimiques) et le complexe d’extraction de mercure ENOF (Entreprise Nationale des Produits Miniers Non ferreux et des utiles) sont les plus préoccupants. Ils sont à l’origine d’importants rejets liquides ou solides contenant du mercure. Ils sont déversés en mer ou stockés sur place sur des sols les plus perméables. Les émissions de vapeurs de mercure dans l’atmosphère sont générées par les processus utilisés : électrolyse à cathode mercurique dans le premier et calcination du minéral de mercure dans le second. L’ENIP, en rejette en mer quotidiennement 2.000 m3, 28.000 tonnes de boues de traitement des eaux résiduaires contenant ce poison cumulatif à tropisme nerveux qu’est le mercure.

Le complexe de matières plastiques rejette aussi dans l’atmosphère du chlore (très irritant) et du V.C.M (cancérigène) dûs essentiellement à la mauvaise étanchéité des réacteurs et des conduites : c’est le cas de la cellule d’électrolyse qui contient un bain de 104 tonnes de mercures porté à haute température (600°C). Les vapeurs s’y échappant à travers les joints rendus peut étanches par la corrosion donnent une concentration de mercure atmosphérique supérieure à 15 fois la valeur de référence. Par ailleurs, la pollution photo oxydante semble élevée, les conditions climatiques à Skikda sont favorables à la synthèse d’ozone et de certains composés photochimiques agressifs vis à vis de l’appareil respiratoire et de la muqueuse oculaire. D’après les teneurs de mercure rejetés (1,67 ppm) et le débit de rejet atteint (60 m3/j); la quantité de mercure qui va annuellement à la mer est estimée à 900 kg. Bien que le mercure des effluents soit sous forme minérale, à priori peu dangereux, cette pollution peut être la plus préoccupante : les composés mercuriques minéraux peuvent subir en milieu anaérobie une transformation microbienne aboutissant à la formation de composés organiques methylmercurés. Assimilés par les poissons, ils sont susceptibles de s’accumuler dans la chaîne alimentaire et de produire des affections neurologiques.

Concentrations moyennes ( mg/m3 ) des polluants atmosphériques:

postesde mesures

polluants gazeux

particules en suspensions

métaux lourds

 

SO2

NOX

COV

Hg

 

Pb

Cr

Cd

Ni

Zn

Cu

Fe

Hg

Skikda centre

64

387

2318

<0,1

72

0,26

0,06

0,02

0,06

0,35

0,06

3,59

0,0005

ENIP electrolyse

-

-

-

4,63

-

-

-

-

-

-

-

-

-

Ben-Mhidi

100

480

2685

0,1

83

0,67

0,04

0,02

0,05

1,28

0,1

2,31

0,0004

Valeurs de réf.

50

200

2000

0,3

80

2

0,78

0,04

-

-

-

-

-

                                     

 

 

* Note de l’auteur du blog Mr Mouats Hafid : Ceci est un ancien rapport (1997) établi par le CNES sur l’état des lieux de l’environnement en Algérie (dans ce petit paragraphe «  la pollution marine dans le port de Skikda »). Depuis, la situation s’est encore dégradée. Ce rapport ne mentionne pas le rejet des eaux industrielles utilisées dans les processus de fabrication,  les drainages des bacs de  stockage des produits pétroliers et le rejet des huiles vers la mer, émanant de la raffinerie de pétrole RA1K, de l’usine de liquéfaction GNL et de l’usine d’électricité de la SONELGAZ.

 

  ................................................................................................................................................................................................

 

Le voilier de Nicolas Hulot à Skikda L’îlot Sirigina à l’honneur

Fleur de Lampoul, le voilier océanographique des enfants de la fondation Nicolas Hulot, était hier au port de Skikda.
Sa venue s’inscrit dans le cadre de l’opération « Petites îles de la Méditerranée » en partenariat avec le Conservatoire du littoral, un établissement public sous tutelle du ministère français et l’Ecologie et du Développement durable. « L’intérêt de cette visite d’exploration est de conforter les experts algériens avec des experts internationaux de manière à voir ensemble la réelle valeur de ces territoires et faire des analyses complémentaires si besoin, afin de déterminer la particularité de ses espèces dans la région de Skikda », expliquera Damar Fabrice, chargé du programme international du conservatoire du littoral. Et d’ajouter : « Aujourd’hui, c’est une phase de démarrage exportatrice qui nous permettra de connaître réellement les potentialités de cette région. A priori, les îles de Sirigina, l’îlot du Lion et la côte en face pourraient constituer un parc national ou une réserve marine très intéressante comprenant la partie marine et la partie terrestre pour être un site pilote vu les fortes potentialités de la région. » L’îlot Sirigina, qui s’étend sur plus de 7000 m2 et qui n’a jamais fait l’objet d’une étude scientifique sérieuse pour dénombrer d’éventuelles richesses, reste à ce jour un simple jalon de reconnaissance, vu la présence sur ces roches d’un phare de jalonnement mis en service en 1996. L’îlot à vue d’œil abrite une richesse floristique indéniable composée essentiellement de figuiers de Barbarie, du myrte et des matthioles bien que l’herbier des lieux n’a jamais été réalisé. Il sert également de milieu naturel abritant les goélands et les mouettes et on avance même que les albatros séjourneraient sur ses roches. Cependant, les fonds marins devraient à coup sûr intéresser les membres de l’expédition, puisque les lieux présentent une biodiversité intéressante et abritent un trésor archéologique inestimable et non encore exploré, constitué essentiellement d’amphores et autres restes d’anciens navires qui avaient échoué près de Stora bien avant la venue du colonialisme.

 

                                            Ibtissem  le: Mer 7 Mai 2008-    Sujet du message: Nicolas hulot à Skikda

 

 

   

 

Partager cette page

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :