Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog écologique de Mouats Hafid.

Le blog écologique de Mouats Hafid.

Mon blog sera consacré à la défense de l'environnement, à l'interpellation de notre société (Algérie) pour la sensibilisation de l'homme à la fragilité de la nature. Même en solo via ce blog, je milite pour la protection de la nature. "Il y a une légende amérindienne qui raconte comment un colibri, ce tout petit oiseau, lors d’un feu de forêt, faisait des allers-retours à la source d’eau pour éteindre l’incendie. Tous les autres animaux de la forêt, atterrés, la regardaient brûler et observaient le colibri s’affairer. Puis le tatou moqueur lui dit : « Tu perds ton temps, ce n’est pas avec ces quelques gouttes que tu vas arrêter le feu, colibri ! ». Le petit oiseau lui répond : « Je le sais, mais je fais ma part. »." Et bien moi M Mouats Hafid originaire de Skikda/Algérie, je fais ma part. Bonne visite à mon blog.

L'agression des plages.

ecolomafid —

 

                                    Plan bleu ou noir ?

 

Nettoyage des plages, aménagement d’espaces réservés à des concessionnaires, fontaines de plages, parcs réservés pour voitures, sécurité des estivants assurée par les forces de l’ordre et enfin des surveillants de baignade. Tout a été mis en place  cet été 2010 .pour accueillir les baigneurs et promeneurs sur nos plages. Hélas ! Ce n’est toujours pas cette réalité qu’on aimerait voir sur notre belle côte de Skikda. Si les forces de l’ordre sont  omniprésents nuits et jours pour notre sérénité, si les braves maître - nageurs sont aussi vigilants pour sauver des vies humaines, les autres acteurs de ce fameux plan bleu font vraiment défaut.

 

Qui n’a pas remarqué voila depuis quelques années déjà l’insolence et le mépris des nouveaux occupants des plages qui squattent de grands espaces pour placer leurs parasols et leurs tentes à louer ? Vous êtes invités à vous éloigner car votre  parasol très privé  est gênant pour leurs pitoyables clients. Gare à celui qui ose protester contre ces bandes bien armées  qui imposent leur dictat en toute impunité.

Aucune place n’existe pour garer sa voiture, le moindre petit coin est  colonisé par ces nouveaux essaims de petits gamins qui vous brandissent une autorisation douteuse dûment signée pour exploiter les rebords des trottoirs, 50 et  parfois 100dinars pour le stationnement d’une minute ou d’une journée.

 

Que dire des concessionnaires qui aménagent des terrasses non-conformes aux règles d’urbanisation.  Ils sont  peu respectueux envers  l’environnement. Certains d’entre eux obturent la vue de la mer par des roseaux, des tôles et  toutes sortes de  plaques moches. Certains placent de la tuyauterie pour évacuer leurs eaux insalubres et leurs huiles de cuisson directement sur le sable de la plage.

 

Existent-ils des plages privées à Skikda ? Au nom d’une certaine forme d’aménagement et d’organisation , des concessionnaires agréés barricadent  et délimitent l’espace pour ne laisser entrer que les baigneurs conditionnés sur leur petit cantonnement avec table et chaises en  déboursant une certaine somme galopante d’année en année. Au point où les choses évoluent, toute la plage Ben M’hidi sera un péage,  «  private zone ».

 

                     Ce n’est pas pour cela que nos martyrs ont combattu le colonialisme. 

 

 Les plages devront rester publiques, l’ordre doit être  établi, mais pas par des commerçants scrupuleux et frauduleux « hacha les bons commerçants ».  

 

En réalité, l’objet de cet article est de dénoncer l’incivisme des citoyens et le laxisme des mairies de Skikda et des platanes. Le citoyen par exemple est le pollueur numéro un des plages. Par un comportement inexplicable il dépose en l’absence de points de ramassages d’ordures toutes sortes d’objets sur le sable:  sachets, boites de thon et de sardine, bouteilles et tout ce qu’on peut imaginer.

 

Que dire des entreprises privées chargées de nettoyer les plages. Voila des faits que j’ai constatés de mes propres yeux et que  j’ai signalés par civisme une fois à l’A.P.C des platanes. Des nettoyeurs de plages après avoir ramassé et rassemblé les ordures, ils ont creusé un gouffre pour ensevelir dans la plage même tous les déchets des baigneurs. Comme si cela ne suffisait pas,  ils les ont brulés carrément en laissant une énorme fumée noirâtre qui s' ajoute à la pollution déjà imposante dans la région voisinant la grande zone industrielle pétrochimique (...). Pour clore l’énumération des   méfaits, je souligne le vandalisme sur les fontaines placées tout au long de la grande plage Ben Mhidi et enfin les tessons de bouteilles de bière jusqu’à la rive qui causent des blessures graves aux pieds nus.

 

Non mes concitoyens ! (pas tous heureusement) avec vous la mer n’est pas bleue, mais elle est NOIRE  et vous la rendez triste. Vivement la montagne, encore belle et vierge !

 

                                  MOUATS HAFID, le 26 juillet 2010.

 

 

IMG_091830.jpg

 

Plage Larbi Ben Mhidi le 23 juillet 2010, poste 10

 

IMG_094931.jpg

 

Plage Larbi Ben Mhidi le 23 juillet 2010, poste 10

 

IMG 092103 

 

Et pour enfoncer le bouchon, ce ramassage d'ordures n'est pas  l'œuvre des services du nettoyage de l'APC des platanes qui sont absents, mais des bambins qui louent les parasols. Là est  l'invrasemblable.

 

Ajouter à ces ordures les clous rouillés des cageots, les tessons de bouteilles de bière, les couvercles de boites de thon et de sardine. Résultats: bonjour les mouches et  les moustiques, les blessures graves qui peuvent occasionner le tétanos et autres infections cutanées.

 

Photos par l'auteur du blog. MOUATS HAFID

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article