Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog écologique de Mouats Hafid.

Le blog écologique de Mouats Hafid.

Mon blog sera consacré à la défense de l'environnement, à l'interpellation de notre société (Algérie) pour la sensibilisation de l'homme à la fragilité de la nature. Même en solo via ce blog, je milite pour la protection de la nature. "Il y a une légende amérindienne qui raconte comment un colibri, ce tout petit oiseau, lors d’un feu de forêt, faisait des allers-retours à la source d’eau pour éteindre l’incendie. Tous les autres animaux de la forêt, atterrés, la regardaient brûler et observaient le colibri s’affairer. Puis le tatou moqueur lui dit : « Tu perds ton temps, ce n’est pas avec ces quelques gouttes que tu vas arrêter le feu, colibri ! ». Le petit oiseau lui répond : « Je le sais, mais je fais ma part. »." Et bien moi M Mouats Hafid originaire de Skikda/Algérie, je fais ma part. Bonne visite à mon blog.

Les aires de liberté diminuent. Par Mouats Hafid.

ecolomafid —

 

 

 

IMG 094931

 

 le-grillage-copie-3.jpg

 

Les aires de liberté diminuent.

 

Un jour à Sidi Fredj l’envie d’aller faire un tour à la plage m’avait gagné. Surpris ! Tous les accès étaient fermés  par de longs cordages, surveillés par de méchants vigiles  qui nous dissuadaient d’y pénétrer car l’entrée est payante. Boff ! J’ai dis, normal  « Alger est connue pour ses zones interdites ».

 

Revenant à Skikda ma ville natale, je décide d’aller à la plage de mon enfance, et là je constate que les espaces de liberté sur le sable d’or de la plage Larbi Ben Mh’hidi  (ex Jeanne D’arc) se rétrécissent d’années en années. A ce moment,  j’ai dis «  Oh ! Si le martyr savait cela, lui qui a combattu pour libérer tous les territoires occupés (…)  ».

Ils étaient là, les imposants  locataires   de parasols et les arrogants concessionnaires squatters d’immenses espaces qui obturent même la vue sur mer.

 

Cet été 2012, les plages mitoyennes à la ville, côté ouest, n’ont pas eux  aussi échappé à l’accaparement des espaces publics  par des indus expansionnistes d’un nouveau genre. Ces plages très fréquentées généralement pas les familles qui n’ont pas de moyens de locomotion pour aller plus loin, verront leurs aires diminuées. Fini les petits matchs de plages, fini le déplacement libre pour toucher tous les coins de la plage. Désormais,  on est confiné dans notre petit coin, caché par les parasols et chaises  des locataires placés sur les rives, tout prêt de l’eau.

 

J’étouffe ! Je n’en peux plus ! J’ai tout de suite pensé à créer une association avec des amis  qui sont dans le même désarroi pour « la protection et le bien être des baigneurs ». Mais ? Au fait , l’indifférence est totale de nos jours, peut-  être ce petit billet fera écho ?

 

MOUTS HAFID,  le 19/07/2012

 

 

je-n-aime-pas-ca.jpg

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article